Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ardwenna.over-blog.com

ardwenna.over-blog.com

Les réflexions d'Artio's


De la nature des choses

Publié par Artio's sur 20 Avril 2018, 11:30am

Catégories : #Réflexions

Pour voir, sentir et comprendre les choses telles qu’elles sont, je dois parfois oublier la façon dont JE les vois habituellement. Ainsi, je ne pourrai les retenir, puisqu’elles ne seront pas miennes. Le partage est la seule façon d’exprimer ces choses, puisqu’elles ne m’ont été vues, senties et comprises qu’en cadeau. Si je les imprègne de mes filtres, je les enlaidis.

Attention car mon ego (Je) peut me tromper et me les faire voir comme belles. Et alors, toute compréhension « autre » devient vite monstrueuse. Regarder avec les yeux d’un autre peut paraître menaçant, si on n’est pas capable de dissocier, discerner sa personne de l’autre. Cet « écart » peut être salutaire s’il n’est pas pris de manière absolue, car il permet la remise en point de vue, ce « pas de côté » qui donne une autre perspective. Il en est ainsi de l’essence des choses, car plus on devient capable d’assimiler des perspectives différentes, on se rapproche de leur nature. La fragmentation est une technique dangereuse, car elle peut nous rendre amoureux d’un autre piège de l’ego : l’isolement monolithique. Et on repart dans un autre cocon mental, plus fantasmagorique

Comprenons que l’ego n’est pas une pustule qu’on doit arracher. Il est une facette d’un immense diamant, aussi utile que les autres. Il est simplement ce qui fait de nous un individu, parmi tellement d’autres.  Il s’hypertrophie par le jugement, né d’un « arrêt » sur soi, générateur de rigidité. Il se défend autant par l’hyper personnalité que son effacement aux yeux des autres. Dans les deux cas, il se démarque, se marginalise. La marginalité n’est pas un défaut en soi, sauf si elle nous rend « coupe-able », si elle nous sépare de la Vie. Ces facettes marginales vivent « ensemble ».

Qu’importe donc notre personnalité, si elle permet de participer au mouvement circulatoire des choses, en partage. Ces choses n’appartiennent à quiconque, mais à tous. Si je ne crains pas la vérité, elle pourra me traverser sans encombre, car aucun filtre ne les retiendra, et ainsi ne me blesseront. Et les fruits que je produirai seront une saine nourriture.

“L'amour, quel autre mot pourrait donc venir donner une enveloppe verbale adaptée de nos spiritualités à l'intime accord qui compose la nature des choses et au rythme grave et grand qui réalise tout l'univers.”

Stéphane Mallarmé

De la nature des choses
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents